Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/02/2010

APRES LA JOURNEE DE PARALYSIE EN SARDAIGNE : LA BATAILLE N'EST QU'UN PREMISSE !!!

Après cette mobilisation du peuple sarde dans son entier lors de la journée de paralysie de la Sardaigne, ce vendredi 05 février 2010, les représentants des 3 principaux syndicats demandent au gouvernement italien, l'ouverture immédiate d'une table ronde entre syndicats et gouvernements nationaux et régionaux aux fins de remettre à plat la situation de l'île, reprenant point par point les états économiques et sociaux !

http://unionesarda.ilsole24ore.com/Articoli/Articolo/1674...

Les syndicats assurent que, après cette forte mobilisation lors du cortège de Cagliari, dont ils rappellent qu'elle était composée de plus de 50 milles personnes bien déterminées, la bataille n'est qu'un prémisse et qu'une manifestation encore plus importante se prépare, le peuple sarde étant prêt à se rendre jusqu'à Rome et ensuite jusqu'à Bruxelles pour faire entendre leur colère et leur indignation !

Le plan proposé, par le gouvernement italien, contenant les "doléances" du groupe Alcoa à propos de ses factures d'énergie qu'il exige en révision à la baisse sur 3 longues années, avec garantie que ce tarif préférentiel ne sera pas considéré comme une aide de l'Etât, sera examiné par Bruxelles dans la journée de demain ! Les gouvernements nationaux et régionaux disent conserver l'espoir que le groupe Alcoa se verra entendu et qu'il ne fermera pas les sites. http://unionesarda.ilsole24ore.com/Articoli/Articolo/1673...

08/02/2010

GREVE EN SARDAIGNE : SUITE AUX EVENEMENTS DU 5 FEVRIER 2010

La journée du 5 février 2010 restera marquée dans les annales : l'île a été totalement paralysée et plus de 50 milles manifestants, en file sur plus de 3 kilomètres étaient présents au sein du cortège qui s'était déployée au centre ville de Cagliari !

Les résultats commencent à poindre leur nez :

- Un haut représentant américain du groupe Alcoa sera présent à la table ronde prévue ce jeudi à Piazza Chigi, à Rome, en vis-à-vis avec des représentants du gouvernement italien et des représentants syndicalistes, tous bords confondus (http://unionesarda.ilsole24ore.com/Articoli/Articolo/1672...) ;

- Un navire a débarqué, ce week-end, amenant plus de 7500 tonnes d'alluminium qui permettra une production relancée sur 15 jours ! Les syndicats sont optimistes mais restent méfiants quand aux promesses qui sont faites pour ce qui concernerait la non-fermeture annoncée dans les coulisses des sites de Portovesme et Fusina ( http://unionesarda.ilsole24ore.com/Articoli/Articolo/1673...). Mais les puits contenant le combustible pour laisser en démarrage les outils servant à la production sont pratiquement vides et reste donc ce problème à résoudre ! Des inspecteurs de l'Arpas doivent faire une visite à l'usine et les travailleurs sont bien décidés à présenter leurs récriminations jusqu'à obtenir des réponses réelles et rassurantes !

- Les représentants du gouvernement régional sont satisfaits, ayant reçu la conviction que le peuple italien considère le peuple sarde comme un exemple de ténacité et d'unité en matière de combat contre l'adversité !

- Le gouvernement et notamment, le ministre Renato Brunetta, a assuré que les sites en Sardaigne et en Vénétie ne fermeraient pas : http://unionesarda.ilsole24ore.com/Articoli/Articolo/167310

Je vous lis :"

"Non si chiude e non si fermano gli impianti nè a Venezia nè in Sardegna". Lo ha detto sulla vicenda Alcoa di Fusina e Portovesme il ministro Renato Brunetta

"Il governo - ha detto Brunetta - è pronto a difendere il tessuto industriale del Paese perché è la nostra ricchezza". "Non permetteremo - ha sottolineato - a nessuna multinazionale sia straniera che italiana di prendere soldi dallo Stato per poi andarsene specie se, come vuole fare Alcoa, non ci sono i motivi".

Je traduis : "Ne seront ni fermées ni arrêtées les sites ni en Vénétie ni en Sardaigne". C'est ce qu'a dit à l'attention d'Alcoa de Fusina et Portovesme, le ministre Renato Brunetta.

"Le gouvernement, a dit Brunetta, est prêt à défendre le tissu industriel du Pays parce qu'il est notre richesse". "Nous ne permettrons pas, a-t'il souligné, à aucune multinationale aussi bien étrangère qu'italienne de prendre l'argent de l'Etât pour ensuite s'en aller spécialement si, comme veut le faire Alcoa, il n'y a aucun motif."

05/02/2010

GREVE EN SARDAIGNE : LE CORTEGE A COMMENCE...MAIS PARLONS DES EVENEMENTS GRAVES D'HIER A PORTOVESME !

Sciopero in Sardegna 30 mila in piazza per chiedere lavoro - Cronache dalla Sardegna - L'Unione Sarda.jpgLe cortège est en train de s'avancer...je vous informerai sur la situation dès lors que j'en saurai  plus !

Mais...parlons des évènements graves qui se sont déroulés, hier, à Portovesme, à l'arrivée en autobus, des + de 500 personnes, travailleurs et leur famille, depuis Rome, ayant laissé quelques-uns de leurs collègues pour le sitting sur la place Chigi, jusqu'à la prochaine table ronde, prévue le 8 février 2010 et ayant été informés du nouveau "Niet" d'Alcoa aux propositions faites par le gouvernement italien, sur le site.

- Les autobus ont franchi le portail de l'entreprise et les travailleurs et leur famille sont descendus et ont trouvé 3 hauts dirigeants d'Alcoa, apercus au travers des fenêtres des bureaux !

Aussitôt, un vent de colère est monté crescendo et les travailleurs ont commencé à claquer leurs casques sur le sol ! Les 3 personnalités n'ont eu que le temps de s'engouffrer dans leur voiture, jetés par quelques manifestants qui se sont aussitôt mis à scander :"Dehors ! Dehors ! Dehors !" ! Les représentants syndicalistes se sont positionnés en barrage pour éviter que des coups ne pleuvent au risque de blesser les 3 directeurs !!!

Une pancarte a aussitôt été accrochée sur le portail mentionnant "le site est nôtre !!!".

Les + de 500 personnes sont décidées à occuper l'usine jusqu'à lundi !!!

http://unionesarda.ilsole24ore.com/Articoli/Articolo/1669...

Je viens d'avoir des informations un peu plus précises sur ce qui s'est réellement passé ! En fait, lorsque les bus sont arrivés et que les manifestants (salariés et leur famille sont descendus des véhicules), un des représentants d'Alcoa, le directeur du site, Guerini, a foncé au volant de sa voiture, sur un groupe de personnes et en a blessé trois, légèrement, bien heureusement ! Dans le groupe était présent le secrétaire local de la Fiom, Franco Bardi ! D'où la colère des manifestants qui ont quelque peu abîmé le véhicule du directeur !!! Aussitôt, des carabinieris provenant de Carbonia, sont intervenus et les dirigeants sont sortis de l'usine !

Les représentants syndicaux pensent que les dirigeants sont en train de fomenter le déménagement en secret des outils de l'usine et la fermeture, profitant des évènements qui occupent la majorité des représentants de la région à Cagliari !

L'administrateur italien du groupe Alcoa, Toia, s'est envolé pour Pittsburg, à la rencontre de ses hauts chefs pour leur faire un compte rendu de la situation.

Les travailleurs menacent de durcir leurs réactions pour réclamer, si Alcoa s'en va, le maintien du site coûte que coûte avec des solutions autres sur lesquelles devra se pencher le gouvernement italien !

 http://www.unita.it/news/economia/94621/alcoa_scontri_a_p...

29/01/2010

PARALYSIE EN SARDAIGNE : Les manifestants ont la promesse du gouvernement que la rencontre à Rome sera avancée au 2 février 2010

Giovanni Balsamo, Préfêt de Cagliari, a obtenu de Gianni Letta, sous-secrétaire à la Présidence du Conseil, que la rencontre à Rome entre le gouvernement et les dirigeants d'Alcoa et leurs syndicats, sera avancée au 2 février 2010.

Les manifestants ont alors décidé d'abandonner l'aéroport, promettant qu'ils y seront aussi, ayant un billet aller sans retour, bien décidés à tout saccager à Rome si la promesse n'était pas tenue !

Des dégâts dans l'aéroport mais pas de blessés, heureusement !!!

L'aéroport de Cagliari restera fermé demain.

GREVE EN SARDAIGNE : LA SITUATION AU JOUR LE JOUR !

La situation critique en Sardaigne, au jour le jour, s'amplifie !

Au jour d'aujourd'hui,  suite à la manifestation des plus de 800 personnes soutenant les travailleurs d'Alcoa des sites de Fusina et Portovesme, et des 500 chimistes de Petrolchimico, situé à Porto Torres :

- Le Préfêt de Cagliari, Giovanni Balsamo, a reçu hier soir les plus de 800 manifestants qui avaient bloqué l'aéroport, leur assurant son soutien et son intervention pour qu'une table ronde s'établisse entre les représentants syndicalistes d'Alcoa et le gouvernement italien, plus précisémment le ministère du développement économique, et ce, bien avant le 5 février !

- Les syndicats crient que la situation devient insoutenable et que le gouvernement doit trouver une solution tampon pour arrêter le désastre ! Je cite Rino Barca de la Cisl :"Chacun constate que cette situation pourrait être la conséquence d'une des lois PRODI !"

http://www.sardegnaoggi.it/notizie.php?notizia=13274...

- Les 450 salariés de Euralluminia à Portovesme, dont les propriétaires du site sont russes (?!!!), sont eux aussi mobilisés, la situation commençant à être critique pour eux également !

 - Les ouvriers de Vynils se sont enchainés pour certains à l'enseigne ENI, dépot des carburants, et pour d'autres, occupent la Tour Aragonese de Porto Torres depuis maintenant 22 jours !!!

 - Hugo Capellacci, gouverneur de la Sardaigne, vient de rencontrer le sous-secrétaire à la Présidence du Conseil, Gianni Letta ! Il apprend qu'Alcoa continue son chantage en exigeant, je cite :"Alcoa, però, non si fida e fissa la sua richiesta in tre punti: costo dell’energia non sotto i 30 euro a kilowattora, prezzo bloccato per tre anni così da garantire la competitività delle produzioni e certezza che Bruxelles non configuri come aiuto di Stato il contenuto del pacchetto energia." et je traduis : "Alcoa, est méfiant et fixe sa demande en 3 points : le coût de l'énergie non au-dessus de 30 euros le kilowaters, prix bloqué pour 3 ans de manière à garantir la compétitivité de la production et la certitude que Bruxelles ne fasse pas figurer le package energie comme aide obtenue de l'Etât !"

Excusez-moi mais moi, je trouve ça un peu fort et devinez qui va, si ces exigences sont acceptées par l'Etât italien, en pâtir ? Encore le simple peuple sarde ! Car il faudra bien que le gouvernement récupère le manque à gagner quelque part, non ?!!! De plus, si le gouvernement capitule face aux exigences d'Alcoa, les autres groupes multinationaux ne vont-ils pas exiger l'identique ?!!!